jeudi 2 février 2017

cadran terrestre n°3 :"L'homme ne comprend pas le rêve de l'oiseau, son rythme ni ses allures..."


La gent ailée possède un bec, des ailes et des pattes palmées que l’homme aperçoit par éclairs, elle lui échappe sans cesse et il l’admire sans pouvoir converser avec elle, une gent chantante qui chasse, qui niche, tient ses conclaves et ses rites de société, rivalisant, combattant, voyageant et planant, offrant à l’homme une image enviable de liberté perpétuellement mobile car ce règne volant ne s’apprivoise pas ou peu, il est essentiellement sauvage c’est-à-dire non inféodé à l’homme. L’homme ne comprend pas le rêve de l’oiseau, son rythme ni ses allures. Rivalisant de légereté et de folie contemplative, l’oiseau va plus loin que l’homme, plus vite, son âme reste inaccessible comme le spectacle splendide du monde qu’il survole librement. L’oiseau vole, il plane, il est rapide et libre.


Odile Marcel, Littoral
p.234, Champ Vallon éditeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire