vendredi 3 février 2017

cadran terrestre n°5 : Devant le pommier, Thomas Bernhard

Devant le pommier

Je ne meurs pas, avant d'avoir vu la vache
      dans l'étable de mon père,
 avant que l'herbe ne rende ma langue acide
      et que le lait ne métamorphose ma vie.
Je ne meurs pas, avant que ma cruche ne soit remplie à ras bord
      et que l'amour de ma sœur ne me rappelle
combien est belle notre vallée
      où ils battent le beurre
et tracent des signes dans le lard pour Pâques...
      Je ne meurs pas, avant que la forêt n'envoie ses tempêtes
et que les arbres parlent de l'été,
      avant que la mère ne sorte dans la rue avec un fichu rouge,
derrière la charrette cahoteuse, où elle pousse
      son bonheur : pommes, poires, poulets et paille -
Je ne meurs pas, avant que ne se referme la porte par laquelle
      je suis venu
devant le pommier -


***


Vor dem Apfelbaum

Ich sterbe nicht, bevor ich die Kuh gesehen habe
      im Stall meines Vaters,
bevor das Gras nicht meine Zunge säuert
      une die Milch mein Leben verändert.
Ich sterbe nicht, bevor der Rande meines Kruges voll ist
      und die Liebe meiner Schwester mich errinert,
wie Schön unser Tal ist,
      in dem sie die Butter kneten
und Zeichen in den Speck schneiden zu Ostern...
      Ich sterbe nicht, bevor der Wald seine Stürm schickt
und die Baüme vom Sommer reden,
      bevor die Mutter auf der Straβe geht mit einem roten Tuch,
hinter dem holprigen Karren, auf dem sie
      ihr Glück schiebt : Äpfel, Birnen, Hühner und Stroh -
Ich sterbe nicht, bevor die Tür zufällt, durch
      die ich gekommen bin
vor dem Apfelbaum -


Thomas Bernhard, Sur la terre comme en enfer
Traduit de l'allemand par Susanne Hommel
éd. La Différence, coll. Orphée



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire